Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 22:03

Nicolas-Sarkozy-par-World-Economic-Forum.jpg

Les années passées sous la présidence de Nicolas Sarkozy, ont été, à mon sens et à plus d’un point déceptives.

Il est certain que la crise mondiale majore la difficulté. Cependant, malgré cela, j’ai le sentiment que nous avons changé de paradigme, nous dirigeant vers une politique opportuniste, sans cap ni vision, ou l’actu du jour fait le texte de loi du lendemain.

Dans un an tout juste, nous serons invités à faire le choix politique qui conditionnera nos 5 prochaines années économiques, sociales et plus largement sociétales.

L’offre politique n’a jamais été aussi pauvre, on est loin de la campagne 2007 orientée vers le « grandir » et le « devenir » ou François Bayrou portait un projet d’espoir, ou Ségolène Royal croyait en son désir d’avenir et ou Nicolas Sarkozy pensait qu’ensemble tout serait possible.

En 2011, nous assistons impuissants à l’affrontement de deux blocs, l’un régressif à outrance représenté par les adeptes du repli sur soi et de la peur de l’autre qui pourrait résumer son approche par une ligne politique somme toute assez simple «  si ca marche pas c’est à cause des autres…les méchants », on retrouve dans cette logique, les partis de Gauche, NPA, LO, FN et autres.

Et en face le bloc des notables de la politique, ancré dans ses certitudes …à géométrie variable bien entendu… qui s’empatouillent dans leurs luttes internes et stériles sans aucun projet de société.

Quant au troisième bloc…il aurait pu exister mais pour le moment  il n’existe pas, éteint par les médias, ceux qui aujourd’hui souhaitent un modèle de société pragmatique, humaniste et novateur n’ont pas voix au chapitre…vous savez à qui je pense…

 

Qui sortira gagnant…Nicolas SARKOZY, bien sur.

Parce que pêle-mêle il cumule les avantages suivants :

  • Il est déjà président et la période de crise que nous traversons n’incitera pas les français à prendre le risque du changement.
  • L’absence (audible) de réel projet novateur de société conforte le candidat sortant
  • En france, nous aimons bien les doubles mandats.
  • Le RPR…puis l’UMP gagnent pratiquement toutes les élections présidentielles.
  • Il dispose du soutien du plus important et plus riche parti politique français.
  • Parce qu’à un an de l’élection, Nicolas Sarkozy, ne va pas tarder à endosser le costume de l’opprimé…du loser sympa…qui a fait de son mieux mais qui n’a pas eu de chances et on sait comment les français aiment ce type de profil.
  • Les sondages qui le montrent à terre, sont, à mon sens, très sérieusement sujets à débat, personnellement, je ne crois pas, à date, aux données issues de ces sondages. Tant que l’on ne m’expliquera pas comment les résultats desdits sondages sont redressés. En clair, les experts redressent les résultats bruts en fonction des réalités passées pondérés par la capacité des interviewés à laisser transparaitre leur vraie volonté, hors si les électeurs avaient des scrupules à dévoiler leurs intentions de vote lepéniste il y a quelques années, je suis moins sur que cela soit le cas aujourd’hui…d’où la question…Comment sont redressés les résultats.
  • Il a réussi à diluer la voix du MoDem dans la création d’une offre multiple et confusante au centre. Qui sait que le MoDem a durant les dernières élections cantonales triplé son nombre d’élus ?
  • Le parti socialiste à un programme light… c’est le moins que l’on puisse dire. Pas de candidat désignés et le seul message porté concerne le choix dudit candidat…passionnant comme projet de société.
  • Les français n’éliront jamais Marine LEPEN comme présidente de la république, ce serait faire pour la prochaine fois dans notre histoire le choix d’une femme…et d’un parti radical de surcroît.
  • Borloo aurait déjà reçu l’assurance de devenir premier ministre si Nicolas Sarkozy est réélu, il rentrera dans le rang et ne se présentera pas à l’élection présidentielle.
  • Dominique de Villepin n’a pas les moyens militants et financiers d’une campagne.
  • Hervé Morin et le nouveau centre, non je plaisante…
  • Nicolas Hulot est un produit de TF1…et Eva Joly est norvégienne (double nationalité).
  • Carla Bruni Sarkozy attendrait un heureux et opportun évènement…qui surviendrait juste à temps…quelle chance.
  • Nicolas Sarkozy ne sera pas trahi pas les siens, les ambitieux ayant déjà porté leur dévolu sur la campagne 2017.
  • Dominique Strauss Kahn n’a pas le soutien total et entier de son parti et ne profitera pas d’un report de voix évident au second tour de nombres d’électeurs de gauche. De plus ses prises de positions souvent pro israélienne seront mises en avant par ses adversaires…a-t-il vraiment envie de quitter le FMI ? est il remis de sa déconvenue de 2006 ou les socialistes lui ont préféré Ségolène Royal ? A-t-il passé un pacte avec Nicolas Sarkozy ? Bref DSK ce sera notre Delors de 2012

 

Nicolas Sarkozy sera réélu en 2012… 

Partager cet article

Repost0

commentaires

ahguer 17/01/2012 22:38

oui MARINE LEPEN EXISTE SUR LA SCENE POLITIQUE ,ELLE represente une population que l'on oublier les derives frontiste de l'UMP n'indigne personne

Marc 02/10/2011 13:56


Je suis pas loin de penser la même chose, mais c'est à nous d'agir pour en faire autrement.
Bien plus des deux tiers des Français ne souhaitent pas la victoire de l'actuel président en 2012.

Alors que tout le monde s'accordait à dire que le Sénat ne basculerait pas, il a basculé. Les grands électeurs ont montrés qu'une majorité - même donnée perdante - peut gagner. A nous Français de
suivre leur voie.


Stéphane 06/07/2011 17:39


Toujours difficile de faire des prévisions électorales à un an.... A ce petit jeu, VGE était réélu sans problèmes en 1981, Raymond Barre élu en 1988, Balladur en 95, Jospin en 2002...DSK en 2012...
on sait ce qu'il en est advenu. Alors, oui, comme le dit Philippe, Nicolas Sarkozy a beaucoup d'avantages... mais qui sait ? il n'y a pas si longtemps la menace d'une multiplication des
candidatures à droite, la montée de Marine Le Pen laissaient penser que le président sortant ne passerait pas le 1er tour et que nous assisterions à un 21 avril à l'envers ? La question reste :
entre un candidat de droite décomplexé, qui a en partie rompu avec une tradition républicaine commune à la droite et à la gauche et une gauche toujours aussi sclérosée et engoncée dans ses
solutions du passé, y-a-t-il la place pour une autre voie ? Républicaine, démocrate, humaniste ? ;-)


Ph.GERBAULT 07/07/2011 09:35



Merci Stéphane pour votre commentaire. 


Evidemment tout l'enjeu est de savoir ( de mesurer) si les français auront la force (le courage?) de choisir une alternative aux deux blocs monolithiques que sont le PS et l'UMP. 



martine 14/05/2011 10:27


Belle analyse, vas voir sur ton mail perso Philippe.....avec un peu d'humour tu auras sa position personnelle .
bises


Ph.GERBAULT 14/05/2011 11:03



Bonjour Martine,


MErci pour tes commentaires, pour le mail...oui j'ai vu 


Bises



artigue 14/05/2011 09:29


Je pense comme vous, il sera réelu et il le sait
A bientôt
JA