Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 22:09

ecole-Malraux.PNG

Les mois passent et ce que les français pressentaient  se confirme.
La réforme de notre système scolaire, cette réforme si nécessaire, si impérieuse est un échec.

Démagogique, bâclée, coûteuse elle ne caractérise aucune ambition aucune vision.

Cette réforme est refusée par la majorité des enseignants, des collectivités locales et des parents d'élèves. Les uns parce qu’elle transfère une part non négligeable de leurs prérogatives vers les collectivités cassant ainsi le socle républicain et laissant la place aux inégalités territoriales, les autres refusant légitimement ce nouveau fardeau économique. Les parents quant à eux ne comprennent absolument rien à cette réforme qui n’apporte rien à leurs enfants, vient compliquer leur quotidien, alourdir leurs impôts.

Nous attendons une réforme de fond qui sacralise l'école et replace les équipes enseignantes dans leurs prérogatives éducatives mais aussi sociétales.

Une réforme de fond focalisée sur l'apprentissage des bases pour les plus jeunes et  sur l'accompagnement des plus âgés vers l’entrée dans le monde du travail.

Une réforme qui redonne du sens au quotidien de nombreux enfants en difficulté via la réintroduction des Rased et supporte les plus précoces via des filières spécifiques.

Et enfin une réforme entérinant une fois pour toute la dimension républicaine une et indivisible remettant sur pieds les principes de l'égalité des chances et permettant la réactivation de l'ascenseur social des années passées.

 

Et a Limeil-Brevannes ?

Les parents signent en masse les pétitions appelant à retarder / réviser / non officialiser cette réforme, les enseignants explosent les compteurs de la mobilisation, la majorité des forces politique locales publiquement ou pudiquement y sont opposés

 ....et donc ?

 …Et donc le conseil municipal comme un seul homme engage la ville dans un processus de mise en place de cette réforme que personne ne veut au motif fallacieux et politicien que c'est LA LOI …fallacieux car une autre loi celle du service minimum n’est jamais appliquée sans que cela ne dérange le conseil municipal !

 

Le bon sens, le respect des brévannais et des enseignants de la ville voulait que la municipalité qui les représentent…les soutiennent dans leurs actions surtout lorsque celles-ci sont si puissamment exprimées. Il convenait de refuser à l’occasion de ce conseil municipal  d’engager publiquement la ville dans ce naufrage…quitte en parallèle à préparer en plan B la mise en œuvre de celle-ci …si d’aventures sa mise en place devenait incontournable.

 

Mais non, cette fois-ci, encore, les brévannais doivent accepter d’être nourris, gavés à la soupe politicienne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ph.GERBAULT
commenter cet article

commentaires

martine 23/12/2013 00:44

Précision d'importance Philippe, le conseil municipal n'a pas voté vraiment comme un seul homme puisque l'équipe de l'opposition "Limeil Brévannes Autrement" a voté contre et à même fait la
proposition de ne pas remettre au DASEN le projet d'organisation des nouveaux rythmes présenté en Conseil Municipal.
Le voeu présenté par cette même équipe qui se voulait plein de bon sens et qui était le reflet du souhait des parents, enseignants, personnel municipal, a été refusé par l'équipe du Maire. Il
n'aura pas échappé à la plupart que les adjoints ou conseillers municipaux positionnés contre cette réforme étaient absents de ce Conseil municipal.Lâcheté ou "gentille" invitation à se faire
oublier !!!! Drôle de conception de l'expression de la démocratie. Chacun appréciera.

Ph.GERBAULT 29/12/2013 22:41



Merci Martine pour cette précision d'importance!


Effectivement...Chacun ...appréciera...