Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 11:53

come-here-my-lovely.jpg

 

Vous avez (probablement) suivi le débat Mélenchon / Lepen sur RMC il y a quelques jours.

Affrontement de deux tribuns commandés par le désir fort de RMC de réaliser une audience majeure. Ce débat m’a fait penser immédiatement au débat entre LEPEN (père) et Bernard TAPIE, ne manquait que les gants de boxe.

Après la real politik…l’easy politik

En dehors de ces considérations médiatiques, il m’est apparu que ces deux politiques, aux idées différentes, se disputaient le même électorat en utilisant des ressorts semblables, servant un discours simpliste, le fameux Y A KA – FAUT KON, un discours sans nuances.

A l’heure ou l’un des enjeux de notre société me semble être le bien vivre ensemble, il me semble dangereux d’engager des discours simplistes stigmatisant telle ou telle catégorie de français. S’il suffisait de se séparer des riches d’un coté ou des émigrés illégaux de l’autre pour régler les problèmes de la France, je pense que depuis le temps cela se saurait.  

Ces deux animaux politiques à la logorrhée populiste et électoraliste fragilisent le socle républicain déjà vacillant qui est le nôtre en dressant certains français contre d’autres.

Sous le chapeau idéologique et marketing du « tous pourris » se retrouve aujourd’hui environ un tiers des français*, cette base ne cessant de progresser à la mesure de la crise et des difficultés de vie actuelles de nombre de français. De plus, le discours manichéen, il y a les méchants et les gentils, trouve encore plus d’échos lorsque sont mis en évidence les errements comportementaux de nombre de membres du gouvernement actuel ou passés repris par des médias avides de nouvelles pré-machées et de sensations.

Enfin, et c’est triste, la progression de l’easy politik incite certains politiques jusqu’alors exempts de toute stratégie simpliste à se peopoliser ou à adapter des stratégies semblables renforçant de ce fait les positions de ceux qui ont fait de la politique du « simple » une marque de fabrique.

Il reste un an pour remettre à flots les débats d’idées ceux qui aujourd’hui devraient être au cœur des échanges et que nous retrouvons bien peu.

Nos institutions actuelles sont elles adaptées aux réalités actuelles ?
Quelle politique pour l’emploi ? contre le chômage ?
Comment augmenter le pouvoir d’achat des français ?
Quel avenir pour notre système de santé ?
Comment (ou faut il ?) réguler nos institutions financières ?
Quel est la place de la France dans l’Europe ? dans le monde ?

Et bien d’autres encore.

Il reste un an.

 

*base IFOP (17 février 2011) pour France Soir : Cumul des intentions de vote pour les possibles candidats Mélenchon, Besancenot, Arthaud, Lepen dans les intentions de vote du 17 février 2011

http://www.ifop.com/media/poll/1409-1-study_file.pdf

*Photo flick’r « come’ere my lovely » par Swissrolli.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires