Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 22:56


C’est le sujet du moment. A en juger par les articles que nous offrent les médias, le sujet est de toutes les conversations.

Je vais être franc je ne comprends pas ce débat et ce pour au moins deux raisons :

1/Nous sommes aujourd’hui au terme d’une démarche initiée en 1997 (Lionel Jospin était premier ministre pour mémoire) par la communauté européenne qui édicta les règles de la dérégulation des services postaux et la mise en place progressive de la concurrence.
Depuis, comme prévu… en 97, les remparts postaux se sont effrités, d’abord sur les volumes importants ( concernant les entreprises essentiellement) puis les colis ( pour les particuliers), maintenant les courriers entreprises et très prochainement les courriers des particuliers.

Ce qui arrive aujourd’hui est écrit depuis 12 ans.

2/Notre quotidien a évolué, les volumes postaux «  nos envois de lettres » chutent, les courriers ne représentent plus que 15% du chiffre d’affaires de la Poste (merci internet). Le e-commerce, les télé-déclarations, les courriels éliminent peu à peu le courrier papier tel que nous l’avons connu.

Aujourd’hui, plus de 11 000 bureaux de poste maillent le territoire dans une logique d’implantation qui date de la première guerre mondiale et des besoins de l’époque. Le modèle actuel doit évoluer, une étude interne de La Poste indique, par exemple, que le coût de distribution par un guichetier d’un timbre à 0,56 centimes est de…5 euros. Surréaliste !

OUI, je suis, moi aussi attaché, à MA POSTE, mais je le crains… ce n’est plus un sujet.

Notre démarche aujourd’hui, je le pense, doit être pragmatique, il nous faut interpeller le gouvernement sur les « vrais » sujets :

Quel projet de développement économique pour La Poste ( développement de solutions de datamining, de virtualisation et de dématérialisation des courriers, de nouvelles solutions de communications,…)?

Quelles garanties salariales pour les salariés actuels et futurs ?

Quels engagements pour la continuité du « service public » ( bureaux de poste itinérants) et quel budget pour cela ? quelles garanties pour les ex usagers ?

Quelles garanties concernant la présence majoritaire ( à minima) de l’Etat au capital de la Poste ?

L’Etat a développé plusieurs milliers de points de contacts dans les bureaux de tabac notamment, quid de la libre concurrence quand les structures postales étrangères voudront elles aussi bénéficier de cette approche pour couvrir le territoire ?



Parce que les enjeux sont la… non pas dans le statut en lui-même mais dans ce que fera l’Etat de SA Poste. Exigeons des engagements irrévocables de la part du gouvernement.

C’est le vrai sujet, à défaut de négociation et d’engagements, je crains que rapidement, pour des raisons financières, l’Etat se désengage, entraînant cohortes de dommages collatéraux… que nous observons actuellement chez d’autres entreprises ex-publiques.

Partager cet article

Repost0

commentaires