Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 23:23

Le G20  londonien s’achève, objet de toutes les attentes, il a cristallisé autour de lui les rêves les plus fous de renouveau économique, de sortie de crise, de résurrection morale et financière…
Jamais rendez-vous politique international n'avait été autant attendu.

 

Malgré un volontarisme affiché de toute part et notamment par Nicolas Sarkozy, et des chiffres extravagants (1 000 milliards de dollars injectés), ce G20 risque, pour le moment, de ne constituer qu’un ensemble de bonnes intentions, louables certes mais qui doivent être confirmées par des actes clairs et concrets !


Laissons à Nicolas SARKOZY le loisir de comparer ce G20 à un nouveau Bretton Woods, je ne vois pas de révolution ni de refondation de notre modèle de société,  l’étalon monnaie reste et restera le dollar, l’entité de supra régulation pourrait être le FMI mais ses moyens d’actions  sont non définis, le sujet du climat fait l’objet d’un simple entrefilet dans la déclaration finale, l’Afrique reste superbement ignorée et  surtout….les paradis fiscaux… sont saufs.


Une liste noire de ces derniers est dressée (Costa Rica, Uruguay, Malaisie),  assortie d’une liste grise pour les pays qui ont déclaré vouloir abandonner l’opacité financière (déclaration d’intention mais sans résultats visibles à ce jour : Suisse, Monaco, Autriche,…).

Mais, petits arrangements entre amis, la Grande Bretagne (îles anglo-normandes) les USA (îles vierges et le Delaware) sont absents de cette liste grise dans laquelle nous retrouvons la Belgique ou la Suisse. Lorsque l’on sait que le Delaware exempte les sociétés d’impôts sur les bénéfices on comprend pourquoi 43% des entreprises américaines cotées en bourse y sont hébergées au Delaware, qu’ouvrir un compte aux îles anglo-normandes prend cinq minutes et à distance,  cela laisse songeur…


Est-ce la fin de l’opacité financière ?


Grande nouvelle, les pays devront sur demande circonstanciée, être en mesure de fournir le nom des dépositaires…que ce soit des personnes morales ou physiques…En clair, les Holding MAXIMIZATOR et FRICAMOR peuvent dormir sereinement, les états ne seront pas obligés de délivrer les noms de ceux qui se cachent derrière ces sociétés. Les banques de ces pays ne sont (toujours) pas tenues de tenir de registres comptables nominatifs.


50% des flux financiers de ce monde transitent par l’un des pays noirs ou gris, c’est dire l’importance de rendre visible ces transactions !

A quand la vraie transparence, celle ou l’on pourra connaître sans ambigüités, la ventilation des mouvements de capitaux dans le monde ?


Il serait pourtant simple d’obtenir :


Que  les pays et leurs banques  tiennent une comptabilité (fin des comptes numérotés),


Une fiscalité cohérente au sein d’un même ensemble (indexation des îles vierges et du Delaware sur un régime fiscal américain).

Evidement il est plus simple de placer le Costa Rica sur la liste noire des pays…


Gardons la foi, en septembre sera organisé à New York un nouveau G20, dont l’objectif sera de mesurer le chemin parcouru !!


Gageons que la crainte du ridicule fasse avancer significativement nos dirigeants et que cette bonne volonté affichée se traduise en actes concrets  !!

 

Partager cet article

Repost0

commentaires